Mise à jour du 09/12/2022

Planeur rétro - Le Salto H 101 (1971)

Le plaisir de voler vintage...

Modèle N°47 – 2022

En novembre 2022, ne souhaitant plus voler avec,

Sylvère m’a gentiment offert son Salto H101,

modèle acheté en 1986 ayant fait son premier vol en 1987,

produit à l’époque par la marque WIK.

Ce modèle a déjà été décrit par Sylvère, voir article =>  https://cmv27aero.fr/planeur-retro-rc-le-salto-h101-sylvere/

Je complète ici sa description avec un nouvel article concernant mes modifications, réglages et vols réalisés.

J’en ai profité pour ajouter tous les documents et vidéos glanés çà et là sur le Web

(Cela peut servir à d’autres possesseurs de cette machine…) .

Au fil des ans, cette machine est devenue collecteur….

Article paru dans la revue 'Adepte' (documents Sylvère)

Quelques photos picorés sur le NET à propos de ce planeur (merci aux contributeurs)

Quelques sites et vidéos su YouTube (Merci aux contributeurs!)

Renaissance..

Voler vintage avec une machine d’époque d’accord, mais occulter des améliorations potentielles  bénéfiques à la qualité du vol et à l’augmentation de la sécurité, non…

Partant de ce principe j’ai ajouté la fonction direction sur les empennages, séparé la commande de chaque ailerons et pour couronner le tout géré un crochet de remorquage (çà peut servir!).

J’ai donc remplacer les 2 gros servos d’époque par cinq servos le tout pour un poids identique.

La propulsion est restée la même (avec réduction de l’hélice pour limiter la surcharge du moteur),  l’alimentation (récepteur et servos) confiée à un Sbec indépendant.

Le système de démontage des empennages  bien pratique avec des chapes à boules sur les commandes est conservé (bien vu Sylvère!).

La commande des ailerons par renvoie d’angle avec des servos au centre du fuselage est maintenue aussi (vintage oblige…).

Matériel utilisé (Fond de tiroir servos, hélice…)

Moteur : THUNDER Tiger OBL 36/12/25 A                                 Hélice : Aéronaut 9.5×5 CAM (une 9×6 convient aussi)

Contrôleur : X POWER XREG 30                                                    Batterie : 3S X 2200mA (nanotech Turnigy)

Sbec :  Caste Creations (7A-5V1)                                                 Récepteur : GRX6 (Frsky) avec altimètre intégré

Servos empennages et ailerons :  Hitec Hs82MG (x2)            Servos ailerons : Futaba S3150 (x2)

Servo crochet remorquage : PowerHD HD1711MG

Les transformations commencent...

L’ajout de deux servos pour la commande de l’empennage en V a nécessité la refonte complète des commandes.

L’ensemble est supporté par un plat de balsa dur de 3×10 renforcé sur le dessous par une baguette triangulaire. Les gaines de commande sont collées sur le dessus.

Le support obtenu est léger mais surtout rigide. Il est coincé sur le devant par une platine verticale fixée sur un couple du fuselage et sur l’arrière par l’ajout d’un bloc collé visé sur l’arrière.

Les commandes sont en jonc de carbone 18/10 et reçoivent de chaque coté par collage des embouts fileté. Chaque embout reçoit pour le palonnier du servo un Kwik link et pour le guignol de la gouverne d’empennage une rotule.

 

Tout l’avant est préparé pour recevoir les 5 servos, le passage des diverses commandes et les différents éléments récepteur,  Sbec,  contrôleur…

L’arrière est ajustée pour recevoir la platine supportant les commandes.

L’implantation de la mécanique des commandes des empennages est longue mais indispensable pour obtenir un résultat correct.

De même pour les commandes des ailerons, le système de pilotage par renvoie d’angle a été conservé, les câbles tressés style ‘vélo’ ont été remplacé par des gaines en plastique 2x1mm dans lesquelles coulissent des CAP 8/10. Il a fallu beaucoup de patiente pour arriver à un résultat satisfaisant.

Le crochet de remorquage est réalisée avec une gaine plastique collée à l’intérieur du fuselage dans laquelle coulisse une CAP 1mm pilotée par le servo. Une petite saignée dans le flan gauche laisse l’accès pour l’accrochage du fil.

Le contrôleur, le sbec et le récepteur sont fixés sur du velcro.

Un ressort maintient les deux ailes plaqué au fuselage.

L’accu est maintenu par un velcro collé au fond du fuselage qui se replie sur lui même.

Le rappel de l’hélice set réalisé par un joint torique de grande taille.

Il reste à faire un petit ‘toilettage’ , peinture fuselage, déco poste pilotage, etc…., à réaliser après les premiers vols.

Modélisations sous PredimRC, réglages, caractéristiques obtenus...

Comme le reste de mes aéronefs le Salto n’a pas échappé à une modélisation sous PredimRC, heureusement d’ailleurs pour lever toutes ambiguïtés sur la valeur du centrage.

En effet dans la littérature on trouve une plage de centrage allant de 60 à 65mm,  j’obtiens du 75mm (pour une marge statique de 6%) avec PreDimRC… étonnant! N’ayant jamais mis en défaut le logiciel de Franck Aguerre je reste sur cette valeur.

Un taux de chute minimal annoncé de 0.6m/s et une finesse maxi de 17 présage une machine déjà performante.

Concernant la propulsion, la puissance est minimaliste avec un courant contenu  de 22A compatible avec les caractéristiques du moteur (23A pendant 60s). Le taux de montée (4 à 4.5m/s) assure une mise en altitude tranquille (150m en 35s) en adéquation avec ce type de machine.

La masse obtenue est de 1630g avec un accu 3S 2200mah positionné en butée arrière maximale pour obtenir un CG à 75mm (sans ajout de plomb!).

Pour les débattements 3 plages ont été programmées pour les essai  (100, 75 et 50%).

Les ailerons possèdent un différentiel naturel dû à la commande particulière. La direction sur l’empennage en V est laissé avec un débattement symétrique pour débuter, le différentiel sera  réglé en vol. Le mixage affecte 50% à la profondeur et autant à la direction (à revoir si nécessaire par la suite).

                     Profondeur        Direction       Aileron G       Aileron D

100%                +-14                    +-14           +15/-18          +16/-19

75%                  +-10                    +-10           +12/-15          +12.5/-16

50%                  +-6                      +-6              +7.5/-10         +8/-11

Les aérofreins pilotés par le manche des gaz, consistent au relevé des ailerons (-16mm au maxi) avec une aide à piquer.

Modélisation du Salto H101 de WIK

 

Modélisation de la propulsion

Premier Vol - 7 décembre 2022 - Pente Osmoy

Direction la pente pour découvrir ce nouveau planeur avec des conditions météo idéales pour régler  la machine, vent NNO quasi nul, température 5/6°C supportable… avec un thermos pour tenir l’après-midi!

Tous les essais et réglages seront réalisés avec les débattements moyens (75%).

Les premiers lancés mains furent scabreux, le temps de régler le trim de profondeur pour obtenir une trajectoire correcte.

Faute de vent et d’un lancé manuel véloce… les départs seront assistés du moteur à 50% de puissance.

Surprise totale dès ce premier lancé au trou, trajectoire fluide, pilotage réactif mais pas de comportement malsain. Toute l’après midi sera nécessaire (1h30 de vols cumulés) avec de nombreux lancés pour découvrir et régler la machine.

Bilan:

  • Le centrage prédit par PredimRC (75mm) est validé, on peut encore le reculé de quelque mm sans problème (marge statique à 3/4%)
  • Le décrochage est franc et part sur une aile si on le ralentit trop. Cela est important lors de l’atterrissage ou l’utilisation des ailerons relevés  est indispensable pour retarder l’apparition de ce décrochage.
  • Le réglage des débattements est inchangé sur les ailerons et la profondeur. Seule la direction a reçu un différentiel de -30% (+7/-10mm) afin d’obtenir un pilotage 3 axes homogène. Le mixage est resté dans la proportion 50%/50% pour la profondeur et la direction.
  •  Le réglage des aérofreins (-16mm au maxi) aide beaucoup à l’atterrissage avec une aide à piquer à la profondeur de 1mm  (J’avais laissé 5mm par oubli, on le voit sur la 1° vidéo!).
  • Grâce à l’altimètre j’ai pu mesurer des valeurs de taux chutes de 0.5 à 0.7ms (conforme à celle donnée par PreDimRC 0.6) pendant les périodes de vent nul.
  • Quelques figures furent testées mais sans plus, l’accro n’étant pas l’objet du jour.
  • La puissance s’est avérée suffisante même à 50% pour les décollages.

 

Conclusions:

Il faudra encore pas mal de sorties pour affiner et améliorer ces premiers réglages.

D’ores et déjà  ce planeur est un plaisir à faire évoluer à la pente à hauteur des yeux.

Sa finesse et son faible taux de chute augure de vols de longue durée

dans la pétole et les thermiques.

Il reste à le tester en remorquage et faire un peu d’accrobaties pour compléter la boucle.

Vive le vol rétro!

Didier